Comment savoir si on est en manque de sérotonine?

La sérotonine est un neurotransmetteur secrété par certains neurones à partir d’un acide aminé appelé le tryptophane. Cette hormone pourrait agir sur le système nerveux central en contre-balançant les effets d’un autre neurotransmetteur appelé la dopamine.

Alors, comment savoir si on est en manque de sérotonine ?

Savoir si on est en manque de sérotonine : L’envie de manger les hydrates de carbone

Il est bien connu que les hydrates de carbone, notamment les aliments sucrés et riches en amidon tels que le chocolat, les bonbons, les frites et les hamburgers ont un effet direct sur les taux de sérotonine.

  • Les personnes possédant des faibles niveaux de sérotonine ont souvent l’envie de consommer des aliments bourrés en hydrates de carbone.
  • Cela expliqué par l’augmentation temporaire du taux de ce neurotransmetteur suite à la consommation des aliments riches par les hydrates de carbone.
  • Ce mode d’alimentation engendre des troubles compulsifs de l’alimentation.

Savoir si on est en manque de sérotonine : L’insomnie

La quantité de sérotonine naturelle existante dans le corps présente un impact  direct sur la sécrétion de mélatonine.

  • Plus que les niveaux de sérotonine sont faibles, plus que la capacité de production de mélatonine s’affaiblit.
  • Des niveaux faibles en mélatonine rend difficile pour une personne de suivre un rythme normal de sommeil.
  • Il ne faut pas oublier que les problèmes d’insomnie peuvent engendrer d’autres troubles en plusieurs organes dans le corps.

 

Savoir si on est en manque de sérotonine : L’anxiété

 

Les recherches scientifiques ont démontré que les personnes qui présentent les symptômes  d’anxiété libèrent un taux faible de la sérotonine dans les zones du cerveau responsables des impulsions et des émotions.

  • Il est bien de savoir que la faible sécrétion de l’hormone de sérotonine n’est pas le seul facteur dans l’aggravation de troubles de l’anxiété.
  • La faible production de la sérotonine est souvent associée à des troubles de l’anxiété généralisées, des troubles de la panique et des troubles obsessionnels compulsifs.
  • Il existe d’autres neurotransmetteur tels que  l’acide gamma-aminobutyrique, la dopamine et l’épinéphrine favorisent  également les troubles de l’anxiété.

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *